L´Amant (Fische de lecture) – francouzština

 

   Otázka: L´Amant – Marguerite Duras

   Předmět: Francouzský jazyk

   Přidal(a): Zoom

 

 

L´Amant

Éditions de Minuit, 1984, roman autobiographique

 

L´auteur

Marguerite Duras, c´est une pseudonyme de l’écrivaine française – Marguerite Germaine Marie Donnadieu, née le 4 avril 1914 à Gia Dinh, près de Saigon en Indochine. Morte le 3 mars 1996 à Paris.

Elle a grandi en Indochine, suite au déplacement qu’ont fait ses parents pour travailler dans les colonies. Son père, directeur d’école et sa mère institutrice, ont eu trois enfants: Pierre, Paul et Marguerite. En 1921 son père meurt, elle rentre avec sa famille en France métropolitaine où ils vivrent deux ans. Cette mort comme le séjour en Asie en tout ont influencés profondément l´écrivaine. La misère, l’océan soit les paysages écrasés par la chaleur constitueront devenaient des thèmes accentués dans son oeuvre romanesque.

En 1924 la famille retourne en Indochine. Après réussir baccalauréat, elle se rend à Paris, poursuit ses études et entre un temps au ministère des Colonies. Comme journaliste, dramaturge, scénariste, elle reçoit le grand prix du théâtre de l’Académie française en 1983 et le prix Goncourt en 1984 pour ‘L’Amant’, adapté par Jean-Jacques Annaud au cinéma.

 

L´oeuvre

Son oeuvre est à rattacher au courant du ‘nouveau roman’. Les textes de Marguerite Duras, chargés d’ellipses et de silences, se disloquent jusqu’à l’énigme. Les écrits, les paroles sont à la fois insuffisants et superflus. Parmi ses romans, on peut citer Un barrage contre le Pacifique (1950) , Le Marin de Gibraltar (1952) , Moderato cantabile(1958). Elle renouvele le genre romanesque et renverse les conventions théâtrales et cinématographiques comme dialoguiste, scénariste et réalisatrice.

 

Le récit

Le roman est écrit à la première personne, la narratrice se souvient d’elle-même e étant jeune. Par moments, l´autrice utilise la troisième personne. Les paragraphes sont plus ou moins courts selon qu’il s’agit de la description d’un lieu ou des membres de sa famille qui, comme on le verra, occupe une place centrale dans le roman. Les phrases sont assez courtes, ce qui donne  du rythme au récit. Marguerite Duras utilise de nombreuses répétitionspour souligner des éléments qui ont marqué sa vie ou retenu son attention. (Par exemple, au début du roman, elle insiste sur son âge.)

 

Le cadre et l´époque

Saïgon, Indochine, les années 30.

(Depuis 1976, cette grande ville a changé de nom, elle s’appelle Hô Chi Minh-Ville, c’est la capitale économique et commerciale du Vietnam.)

 

Les personnages

Il y a deux personnages principaux – la jeune fille Marguerite et le riche Chinois.

Les deux tombent amoureux un de l´autre. Ils doivent „combattre“ avec des défaveurs comme la société coloniale qui n’accepte pas les relations entre Asiatiques et Européens ou des relations difficiles entre Marguerite et sa famille. Pendant l´histoire on observe la transformation de la jeune fille causé par sa première expérience d´amour est par la prise de indépendance et de pouvoir sur elle-même.

 

Il y a aussi des personnages subordonnés, comme la famille de Marguerite ou sa copine Hélène Lagonnelle.

 

Resumé

La narratrice revient sur ses souvenirs de jeunesse. En traversant le Mékong, elle rencontre un homme riche qui l´observe toute la voyage. C´est un chinois élégant, qui l´aborde. Il propose de raccompagnée la jeune fille à Saigon. Sur le trajet elle apprend de lui qu´il est un fils unique d’une riche famille, et qu´il revient d’un séjour à Paris.

Ils tombent éperdument amoureux et commencent une relation faite d’amour et d’argent, difficilement qualifiable de relation saine et stable. Le chinois l’emmène au restaurants où dans son appartement. Durant cette période, Marguerite doit faire face à la honte, à la peur, à la jalousie et doit parvenir à trouver sa place dans sa famille où il est difficile de s’imposer. En effet, sa mère est terriblement distante, son frère aîné Pierre est violent, il attire toute l’attention et l’amour de sa mère, et son second frère, Paul, fragile, doux, est totalement délaissé par le reste de sa famille, à l’exception de Marguerite.

L´histoire de la jeunese de la fille finisse par la rupture de´elle et son amant. Il se marie, elle revient en France.

À la toute fin, la narratrice, agée dèja, on apprend que le Chinois, son ancien amant, téléphone à Marguerite pour lui dire qu´il l´aime toujours.

 

Appréciations personnelles

Le livre m´a surprisé beucoup. Je ne le trouve plus l´histoire banale pour des filles. C´est une autobiographie, pourtant on se n´annuie pas en la lisant. La narratrice dit tout ce qu’il est nécessaire de savoir, dans les moindres détails – on a l´impression de la connaitre. Les descriptions complexes sont vraisemblablement le raison pourquoi j´ai symphatisé avec Marguerite pentant la lecture.

J´ai apprecie beaucoup des passages bien poétiques et magnifiquement écrits. Les passages de contemplation de la protagoniste.

 

Sources:

http://margueriteduras.perso.sfr.fr/L-amant.php

http://littexpress.over-blog.net/article-marguerite-duras-l-amant-111179989.html





Další podobné materiály na webu: